L’agroécologie rassemble différentes approches pour répondre aux enjeux actuels de la production agricole. Il n’existe pas aujourd’hui une définition simple et univoque de l’agroécologie.

Jusque dans les années 1960, l’agroécologie représentait une discipline scientifique, appliquant l’écologie à l’agriculture. Au cours des décennies suivantes, l’agroécologie devient progressivement un mode de production, en réaction à la première révolution verte, politique de transformation des agricultures dans les pays en développement basée sur l’intensification et l’utilisation de variétés sélectionnées, d’intrants agricoles et de l’irrigation.

Respect du vivant

En opposition au modèle agricole dominant issu de l’industrialisation, l’agroécologie s’appuie sur l’observation des lois naturelles. Elle revisite un ensemble de techniques agricoles et propose des pratiques innovantes telles que l’arrêt du travail du sol par labour, le recyclage de la matière organique (compost, engrais verts), la lutte biologique contre les ravageurs des cultures, la diversification des séquences de rotation et des modes d’association des cultures, la valorisation des variétés paysannes facilement reproductibles, la production de semences diversifiées, une forte intégration agriculture-élevage, etc. Ces dernières visent toutes à développer des agroécosystèmes vivants, à favoriser les interactions biologiques, à optimiser l’utilisation des ressources et in fine à rendre les fermes plus efficientes et plus autonomes en limitant au maximum les apports extérieurs. La biodiversité et la diversification favorisées par l’agroécologie confèrent à l’agriculture une plus grande capacité d’adaptation au changement climatique.

… Mais aussi mouvance sociale

Parallèlement aux recherches scientifiques, dans un contexte de prise de conscience écologique, l’agroécologie est appropriée par des mouvances sociales, d’abord en Amérique Latine, puis en Europe dans les années 80. En France, l’association Terre et Humanisme, a, par exemple, largement contribué à sa vulgarisation, à la conscientisation du grand public et à la mobilisation en faveur de l’agroécologie en Europe puis ailleurs dans le monde comme au Maroc.

Aujourd’hui le terme agroécologie désigne donc à la fois un domaine scientifique de plus en plus reconnu dans le monde académique, un mode de production agricole innovant en constant développement mais aussi un mouvement politique et social qui défend une vision intégrative des sociétés humaines.

L’agroécologie continue à intégrer de nouvelles dimensions, environnementale, sociale, économique, éthique, ainsi que les questions de développement. En 80 ans, la définition de l’agroécologie et son champ d’étude et d’action ont beaucoup évolué. Considérée en premier lieu à l’échelle de la parcelle agricole dans les années 1930 à 1960, ensuite appliquée à celle de la ferme dans les années 1970-2000, l’agroécologie est désormais repensée à l’échelle des systèmes alimentaires et se doit demain de faire face aux enjeux globaux des sociétés humaines.

Bibliographie :

  • Altieri et al., 2015, “Agroecology and the design of climate change-resilient farming systems”, Agron. Sustain. Dev., 35:869–890 DOI 10.1007/s13593-015-0285-2
  • Dalgaard, Hutchings, Porter, 2003, “Agroecology, scaling and interdisciplinarity”, Agriculture, Ecosystems and Environment, 100 39–51
  • Wezel et al., 2009, “Agroecology as a science, a movement and a practice”, Agron. Sustain. Dev. 29, 503–515DOI: 10.1051/agro/2009004
  • Wezel et al., 2013, “Agroecological practices for sustainable agriculture”, Agron. Sustain. Dev. DOI 10.1007/s13593-013-0180-7
aziz-zoom

Aziz qui parle aux abeilles. C’est dans les collines d’oliviers et de blé jaune au-dessus de Moulay Idriss…

logospg-bg

Un SPG, comme son nom l’indique, est un système de certification participatif…

w3

L’Observatoire de l’agroécologie au Maroc est un projet de recherche en partenariat avec l’UM5…

marche-home

Le RIAM a soutenu, à la suite des Forums régionaux menés en 2016 et 2017, la création de marchés paysans éco-solidaires…