Qui Sommes-Nous ?


HISTORIQUE

L’idée première de créer un réseau d’initiatives pour l’agroécologie au Maroc (RIAM) a émergé  parmi les  premières promotions d’animateurs en agroécologie  formés par Terre et Humanisme Maroc.   La nécessité de favoriser des rencontres physiques entre les acteurs et de mettre en place un réseau structuré  s’est fait davantage ressentir ces 2 dernières années.  C’est pourquoi, plusieurs acteurs individuels ou collectifs liés aux activités agroécologiques au Maroc,  fort d’une appartenance à  cette notion de réseau informel,   ont souhaité faire vivre ce réseau  à l’échelle nationale  et se sont mobilisés en septembre 2012 pour dynamiser et développer le RIAM.

 

Les 26 et 27 janvier 2013, le RIAM (Réseau des Initiatives Agroécologiques au Maroc) organisait ses premières journées de rencontres nationales à Rabat-Salé réunissant plus de 150 participants. Ces deux journées d'échanges et de réflexion ont permis d'officialiser le réseau et de mettre en lien les différents acteurs de l'agroécologie déjà identifiés dans le pays, tant individuels, que collectifs, institutionnels ou associatifs.

Le développement du RIAM est soutenu depuis janvier 2013 par une association marocaine de développement local  - Sala Almoustaqbal - et par une association française à l’international  - Terre et Humanisme France – Pratiques écologiques et solidarité internationale.

 

Lors de ces 1ères rencontres nationales, le RIAM a pu clarifier ses objectifs, à savoir devenir une plateforme d'information et de communication entre acteurs de l'agroécologie, répondre à leurs problématiques par l'organisation d'échanges, de formations, la mutualisation de moyens, etc., et enfin aider au développement du mouvement agroécologique grandissant au Maroc.   L’agroécologie comme alternative tant à la dégradation massive des patrimoines nourriciers, à l’insécurité alimentaire, à la pauvreté qu'à l’exode des populations paysannes vers les centres urbains est une évidence et une solution pour un pays comme le Maroc encore très majoritairement rural, caractérisé par une agriculture familiale et dont plus de 90% du territoire est concerné par l’aridité.

 

Lors de ces journées, le  RIAM a organisé 2 ateliers sur des questions essentielles au sein du réseau :

- la création d’un Système Participatif de Garantie pour l’Agroécologie au Maroc (SPGA Maroc),   intégrant à la fois  une certification alternative des productions agricoles issues d’une agriculture agroécologique et solidaire avec un label de confiance associé et un accompagnement des producteurs pour une amélioration de leurs pratiques agroécologiques et solidaires.

 

- l’accès des producteurs à une semence saine  par le développement de bourse d’échanges de semences, par la création d’un réseau de paysans semenciers, par  l’identification, la préservation et la valorisation des variétés traditionnelles menacées de disparition, à travers la récupération et la multiplication de semences paysannes.

Un large débat a animé l'assemblée quant à la structuration à donner au réseau.  Il a  été décidé en janvier 2013 de ne pas créer d'association mais de s'organiser sous la forme d'un réseau vivant et diversifié, réuni par une coordination nationale à laquelle chacun est invité à participer.

 

Différents groupes de travail se sont constitués en fonction des axes prioritaires du réseau tant liés à son fonctionnement (gouvernance, financement, communication, etc.) qu'aux initiatives concrètes portées par les membres du réseau, à impulser, appuyer ou démultiplier : permaculture, apiculture, Partenariat local solidaire entre producteur et consommateur  (PLSPC),  accueil agroécologique (hébergement et restauration), agriculture urbaine, etc.

 

Afin de rendre effective une véritable dynamique à l'échelle nationale, Terre & Humanisme PESI renouvelle son soutien au  RIAM  en 2014  par le financement le financement du site internet.